Les 3 cols

Print Friendly
Récits de cyclos | Sorties 2017

Le 1er Août 2017, Francette, Marie-Cécile et moi partons à 7h30 pour une « journée détente  ».
Direction, Hauts de Bonne, Pont de Fillinges, Boisinges (alt. 473 m) – notre compteur indique 15 km avec, déjà, un dénivelé de 200 mètres.

La route est principalement en montée sur 2,4 km pour aller à SEVRAZ (alt. 715 m) nouveau dénivelé de 363 m. Les montagnes se dessinent au loin ; la température est agréable.

20170801_093326Nous continuons vers BOGÈVE (alt. 727 m), et bientôt, nous atteignons le COL DU PERRET (alt. 969 m).

20170801_094357Et c’est maintenant la grande descente sur VILLARD (alt. 796 m) : nous sommes dans la « VALLÉE VERTE  » où la circulation est dense : c’est la période des vacances.

En montée, nous pédalons vers HABÈRE LULLIN (alt. 829 m) – HABÈRE POCHE (alt. 905 m). Marie-Cécile scrutant attentivement les bords de route aperçoit un parasol au loin : stooop ! Enfin un bar ! Le café est apprécié. Nous « papotons » en grignotant. Le temps s’écoule agréablement… mais, il faut reprendre nos montures.

20170801_11121420170808_8Nous quittons la vallée verte à Habère-Poche et après 3 km environ de montée avec un paysage magnifique et un calme appréciable, nous arrivons au COL DE TERRAMONT (alt. 1100 m).

20170808_7Ouf, enfin un peu d’air, le soleil est caché par les nuages.

Ensuite, en passant devant une jolie maison fleurie, belle descente sur LULLIN (850 m), jusqu’à la place où Francette et moi avons pique-niqué en 2016.

 

Et là, une pancarte attire notre regard : « Col du Feu  »…

Vous êtes toujours là ? Alors qu’en pensez-vous ? rentre ? rentre pas ? Naaan… ce serait mal connaître notre opiniâtreté ! Mais laissez-nous vous raconter… Vous êtes prêts ? C’est reparti !

Bien sûr, ce col n’était pas du tout prévu dans notre sortie mais après tout, nous ne sommes pas pressées et nous n’hésiterons pas à faire demi-tour si besoin me dis-je.
Nous essayons néanmoins d’obtenir prudemment quelques informations sur l’ascension du col auprès d’un autochtone qui était là… peu convaincant, ou plutôt convaincu de la crédulité de « ces ‘tites dames »… Il ne nous en fallait pas plus !
On se regarde… on le fait ?  sans attendre de réponse, Marie-Cécile commence à grimper tout en déclamant « soyons fous ! »

20170801_11592820170801_112856Nous la suivons malgré les protestations de Francette : non, non, nous avons déjà fait trop de dénivelé… hélas, elle est « obligée » de nous suivre.
Je ne connaissais pas ce tronçon dans le sens montant mais c’est raide – pente moyenne  11 % pour 3km (seulement) dans la forêt.

D’un commun accord, nous faisons quelques arrêts pour « admirer » les tronçons de route en épingle à cheveux, en contrebas que nous venons « d’avaler ». En réalité, nous avons besoin de faire reposer nos jambes et de reprendre notre souffle… nous avons, peut-être, trop présumé de nos capacités physiques ? ? mais trois cols dans la journée, c’est trop grisant !

20170801_123324Enfin, le COL DU FEU, alt. 1117 m, se présente à nos yeux, vaste espace ensoleillé. Marie-Cécile est ravie d’être là et d’avoir découvert aujourd’hui un panorama plutôt inhabituel.

Unnamed2Arrêt à la sympathique auberge du col : nous avons faim (un délice ces beignets de pommes de terre). Important : nous levons notre verre pour féliciter Marie-Cécile qui vient de monter son 10ème col (c’était l’un de ses objectifs de l’année nous déclare-t-elle !).

Nous paressons vraiment, mais ne dit-on pas que les bonnes choses ont une fin…

Nous reprenons donc  nos bécanes pour descendre à ORCIER  (alt. 650 m) par une route ombragée, en lacets.

B_20170801_143435Nous poursuivons sur DRAILLANT, CERVENS, REZIER, et avant FESSY, encore une pause sous les arbres qui nous dispensent l’ombre dont nous avons besoin car la température est toujours très élevée.

Arrivées à Lullier, le tonnerre commence à gronder, ce n’est pas le moment de s’attarder, les pédales tournent comme des moulins tout-à-coup ; heureusement nous échappons à l’orage.
Nous avons totalisé 86 kilomètres pour un dénivelé de 1500 mètres.

Quelques pitreries : je ne sais pas si c’est la chaleur ou l’effet du vin rouge !

 

NOUS AVONS PASSÉ UNE TRÈS AGRÉABLE JOURNÉE DE DÉTENTE ET BONNE HUMEUR.

Cyclos rédacteurs  :
Charlotte, Déléguée Sécurité
& Francette, chroniqueuse

Date de publication : 08-08-2017